logosav2.jpg (13776 octets)

INFORMATIONS
DIVERSES
   Les montagnards sont libres de se défendre contre les loups!
 

 

 

 

 

 

 

 
Patrice Abeille,
Secrétaire général.
 
Communiqué
 
Annecy le Vieux, le 11juillet 2005.
 
Les montagnards sont libres de se défendre contre les loups!
 
Le Conseil des Provinces de la Ligue savoisienne réuni le 10 juillet 2005 réaffirme sa position du 27 juin 1999 pour la régulation des populations de loups en Savoie, et adopte à l'unanimité la résolution suivante:
Nos ancêtres ont choisi de vivre sans la présence du loup et ont réussi, après plusieurs siècles de lutte, à éliminer cette espèce de nos montagnes au début du vingtième siècle.
S'il est évident que la disparition du loup fut une atteinte à la biodiversité, sa réintroduction met aujourd'hui en danger l’ensemble de la biodiversité des Alpes. En effet, sans la pâture du bétail et surtout la fauche des prairies, c'est la fin de la biodiversité végétale (et animale pour partie): la montagne est ravagée par les avalanches, les incendies et l'envahissement par les broussailles.
L'inefficacité des décisions prises par l'écologie bureaucratique apparaît au grand jour:
— protection des troupeaux irréalisable pratiquement et financièrement;
— indemnisation des dommages inexistante, incomplète ou tardive.
La Ligue savoisienne prend la mesure de la détresse des éleveurs de montagne et de l'inquiétude de tous les montagnards.
Mais aujourd'hui les loups, qui ne semblent plus craindre l'homme, se montrent en plein jour un peu partout. Leur multiplication ne menace plus seulement la biodiversité, mais la vie même du montagnard dans son espace: destruction du gibier, des ongulés sauvages, de l'économie pastorale. Bientôt les loups, par nécessité, s'attaqueront-ils aux humains? Déjà l'économie touristique se trouve fragilisée.
 
La Ligue savoisienne, seul mouvement politique à avoir demandé la régulation des loups dès 1999, exige aujourd'hui que soit rendue aux montagnards la liberté de se défendre par des moyens traditionnels.